GENERAL IDEA

Derrière ses lunettes et sa moustache, il porte le pull col V qui laisse apparaître sa cravate, nous avons à faire à un de ces dandys modernes, puis, après quelques aventures dans la nuit coréenne, le masque tombe, Bum-Suk Choi fondateur et créateur de la marque General Idea, nous entraîne dans son univers.
DEDICATE-general-idea

De son appartement qui surplombe la rivière Han, ses platines et sa table de mixage posées devant la baie vitrée, il parle, toujours avec le sourire et fait fondre les filles. Sa boutique, petit immeuble ultra design, à base de béton brut et de verre est une des constructions surprenantes du quartier d’Apgujeong-dong. Le visage de Van Gogh pour logo, les murs de son atelier sont couverts d’images et de photos, inspiration des années punk, le pop art, et un style chic sorti des pages de Vogue.
A 19 ans en 1998, passionné par les vêtements et désintéressé par l’école, c’est dans le quartier du marché de Dongdaemun que sa carrière débute. Une grande halle, un Rungis habité par une multitude de fourmis, dédié au textile où tous les styles ont une échoppe, il commence en vendant des vêtements vintage et se fera remarquer avec ses T-shirts. Il vend la journée et fabrique de nouveaux modèles la nuit. Tous les jours il doit présenter de nouvelles créations, celles qui sont remarquées passent en fabrication les autres sont oubliées, pas le temps de se poser trop de questions il faut produire pour proposer quelque chose de nouveau chaque matin. “Si c’était à refaire, aujourd’hui, pour en sortir, ce serait encore plus difficile”, lui pourtant, il s’en sort, vendant de plus en plus, il va quitter le marché et ouvrir sa première boutique. Modèle pour les jeunes stylistes, exemple, du “c’est possible”, le succès est là. En 2003, il visite Paris pendant la Fashion week, le déclic se fait, il dessinera une collection, c’est le début de General Idea. Pour son premier défilé automne- hiver 2004-2005, il choisit naturellement, Séoul Collection. Il crée des vêtements confortables ayant un style fort, et surtout un bon rapport qualité-prix, ses matières de prédilection sont, le coton, le cuir, qu’il retravaille, reteint, mouille, customize, il ne veut pas que ses matières ressemblent à ce que les autres créateurs peuvent acheter…

Il est devenu en neuf saisons, un des créateurs les plus attendus de la scène coréenne. Derrière son rire, il a maintenant d’autres envies, reprendre des études et partir aux US s’attaquer à la réalisation de film, présenter ses collections à NY…

Texte : Michel Theron

Illustration : Lea Rowena

EXTRAIT DEDICATE 16 – Printemps 2008

No tags