RETURN ON PEACOCK SOCIETY 2017

 

2 nuits et une très belle programmation musicale nous attendaient à la Peacock Edition 2017.

Cette année, contrairement à d’autres rendez vous plus techno, comme la Weather, la Pea, avait choisi une orientation plus “House”, plus grand public, sans tomber dans la programmation « commerciale » pour autant.

DEDICATE-DIGITAL_PEACOCK-2017_07

 

Vendredi 7 juillet

L’exception à ce choix aura sans nul doute été, dès le vendredi soir, le set de Marcel Dettmann, mettant la barre à un très haut niveau de maitrise technique.

Un set rapide et puissant, tout en couleurs (parfois trop riche, à la limite de l’audible, sauf pour quelques initiés et ses fans) nous donnait parfois l’impression que la terre s’effondrait et faisait perdre tous repères à ceux qui ne connaissent pas son style. On ne peut qu’imaginer le travail et l’investissement nécessaires pour atteindre une telle maitrise, mixant à un niveau que l’on pourrait qualifier de « science ». Du très grand Art, un vrai Bonheur pour les oreilles!

Je le situerais entre un Dave Clarke (dans sa meilleure période Hard/house & Tech) et Manu le Malin (Hardcore). Le Top Set du Festival et sans doute le meilleur set de ces 2 soirs.

DEDICATE-DIGITAL_PEACOCK-2017_03

 

Apres cela, difficile de rivaliser, si rivalité il y a, même pour Vincent Lemon (03H30 ->05H00), qui passait après Marcel (01H30 ->03H30) , sur le plateau principal « Warehouse ». Vincent Lemon nous a offert un très bon set Techno, intéressant mais (forcement!) plus calme.

Sur le plateau « Squarehouse », à coté, mais en même temps que Marcel D, Peggy Gou nous a surpris avec une house, dynamique, technique, simple, et efficace ! Ajoutant des sons « connus » (pour les vrais connaisseurs) et qui donnait à son mix un côté old scholl/vintage agréable, non sans rappeler une Miss Kittin qui pour l’occasion serait chaleureuse et happy ( est ce possible ???)

 

DEDICATE-DIGITAL_PEACOCK-2017_04

 

Sur le plateau « Night Club », nous avons profité de l’excellent set de Ancient Methods, une force tranquille et efficace, dynamique, dansante, entre Hard/House & Electro/techno…vraiment sympa !

Petit regret: avoir loupé le set du mythique Carl Craig (qui jouait trop tôt le bougre!) et celui de Nina K (qui pour le coup jouait très tard… il nous fallait garder un petit peu d’énergie pour le samedi)

 

DEDICATE-DIGITAL_PEACOCK-2017_01

 

Round 2 : Samedi 8 juillet

Bien que Azf, puis ensuite Raheem Experience s’étaient mis à taper « sévère » sur le plateau « Squarehouse » dès le début de soirée (trop à mon goût pour un début de soirée)….

Les choses ont commencé à sérieusement bien bouger sur le plateau « Warehouse » avec un très beau set de Kaytranada. Captivant! Kaytranada a chauffé la salle à bloc offrant un tapis rouge à Moodymann.

 

DEDICATE-DIGITAL_PEACOCK-2017_02

 

Tout le monde attendait qu’il enchaine sur le dernier morceau de Kaytranada et pourtant, il choisit de le laisser terminer et de couper le son. Peut être quelques machines à brancher ? À ce niveau, normalement c’est prêt… Il a plutôt choisi de s’offrir une oreille en résonance sur le set voisin, et de se caler sur ce rythme. Expert des Dancefloors, il a attaqué sur le même rythme, et quelle attaque !!!

Il nous offert un de ses sets dont il a le secret, tour à tour Funky/House/Disco/Electro, avec une seule priorité faire danser toutes les filles, car quand toutes les filles dansent, tout le monde dance !

 

DEDICATE-DIGITAL_PEACOCK-2017_05

Coiffé de sa longue capuche blanche, Moodymann s’est fait passer pour le Gourou du son de ce festival et nous a offert un set magistral !!!

Le messe était dite, Dan Ghenasia ( Apollonia ) et Dixon n’ont pu rivaliser avec ce maitre. Sur la scène « Squarehouse », Black Madonna, était attendue, bien partie, mais son set aura manqué lui aussi de relief ou bien le niveau était tellement haut que tout paraissait plus simple.

En tous cas, grâce aux brumisateurs, fontaines d’eau idéalement placés nous avons pu nous rafraichir et contempler la pleine lune pour parfaire la fête.

 

Texte:John DEE – Photos: Tetiana Tkachuk